« Garde alternée: aujourd’hui, l’enfant a son mot à dire, mais cela pourrait changer »

Si la proposition de loi débattue ce jeudi 30 novembre à l’Assemblée nationale est adoptée, la garde des enfants en cas de séparation des parents sera par défaut en résidence alternée.

Jusqu’à présent, quand la famille passe devant un juge, la grande majorité des enfants réside chez la mère: 73 % selon les derniers chiffres du ministère de la Justice. 7 % des enfants résident chez le père, 3 % chez un tiers et 17 % seulement en résidence alternée.

Quelle que soit la situation, à l’heure actuelle, à quel point l’enfant peut-il être impliqué dans une telle décision ? Et cela va-t-il changer avec cette nouvelle loi ?